EN 407 : la norme pour les gants de protection contre la chaleur

Aujourd’hui, nous avons choisit de vous présenter la norme EN 407 qui concerne les gants de protection contre les risques thermiques, couramment appelés “gant de protection chaleur“.

gant en 407
Pictogramme EN 407

EN 407 – Les gants de protection contre les risques thermiques

Les gants de protection contre les risques thermiques, régit par la norme EN 407 ont pour objectif de protéger le porteur des risques thermiques autres que le froid. Ils ont donc pour but de protéger les professionnels du risque chaleur.

Un gant anti-chaleur EN 407 doit subir 6 tests de performance :

La résistance à l’inflammabilité (le comportement au feu) :

Pour commencer, le premier test que le gant de travail doit subir (et qui est obligatoire) est la résistance à l’inflammabilité. Ce test est fondé sur le temps pendant lequel le matériau reste enflammé et continu ensuite à se consumer après que la source d’ignition ait été supprimée (source d’ignition = source du feu). Il est parfois appelé “durée de persistance à la flamme en secondes”. Ce test inclut une exigence fondamentale : les coutures du gant testé ne doivent pas se défaire après s’être enflammées pendant 15 secondes.

Cette résistance est ainsi évaluée selon 4 niveaux de protection, notés de 1 à 4. Le niveau 4 étant le niveau le plus élevé :

  • Niveau 1 : inférieur ou égal à 20 secondes
  • Niveau 2 : inférieur ou égal à 10 secondes
  • Niveau 3 : inférieur ou égal à 3 secondes
  • Niveau 4 : inférieur ou égal à 2 secondes

La résistance à la chaleur de contact :

Le second test détermine la résistance d’un gant à la chaleur de contact. En effet, ce test est fondé sur la température, qui est comprise en 100°C et 500°C. Il a donc pour objectif de mesurer la température à laquelle le porteur du gant ne sentira aucune douleur lors de la manipulation d’un objet chaud pendant une période d’au moins 15 secondes. Ainsi, le gant doit mettre plus de 15 secondes avant que sa température interne n’augmente de 10°C.

Cette résistance à la chaleur de contact est évaluée selon 4 niveaux de protection de 1 à 4. Le niveau 4 étant le niveau de protection le plus performant :

  • Niveau 1 : 100°C sur une durée supérieure ou égale à 15 secondes
  • Niveau 2 : 250°C sur une durée supérieure ou égale à 15 secondes
  • Niveau 3 : 350°C sur une durée supérieure ou égale à 15 secondes
  • Niveau 4 : 500°C sur une durée supérieure ou égale à 15 secondes

Si un niveau 3 ou supérieur est obtenu sur ce test, le gant doit avoir obtenu au minimum à niveau 3 au précédent test, c’est-à-dire au test de l’inflammabilité. En revanche, dans le cas contraire, le niveau maximum de résistance à la chaleur de contact pouvant être atteint est le niveau 2.

La résistance à la chaleur convective :

Définition de la chaleur convective : l’air est vecteur de diffusion de la chaleur. Les mouvements de la chaleur se font en interne de manière verticale ou horizontale.

Ici, le test est fondé sur le temps pendant lequel le gant est capable de retarder le transfert de la chaleur d’une flamme. Cette résistance est notée de 1 à 4 en fonction du temps de transmission de la chaleur en secondes. Le niveau 4 est le niveau le plus performant :

  • Niveau 1 : supérieur ou égal à 4 secondes
  • Niveau 2 : supérieur ou égal à 7 secondes
  • Niveau 3 : supérieur ou égal à 10 secondes
  • Niveau 4 : supérieur ou égal à 18 secondes

Le niveau de performance de ce test sera uniquement mentionné si un niveau 3 ou 4 a été obtenu lors du test d’inflammabilité.

La résistance à la chaleur radiante ou rayonnante :

Définition de la chaleur radiante : la chaleur se propage par radiation, par émission de rayons.

En ce qui concerne la résistance à la chaleur radiante, ici, le test est fondé sur le temps nécessaire à l’échantillon pour s’élever à un niveau de température donné (transmission de la chaleur en secondes). Cette résistance est mesurée selon 4 niveaux de performance de 1 à 4. Le niveau 4 étant, là encore, le niveau le plus élevé :

  • Niveau 1 : supérieur ou égal à 5 secondes
  • Niveau 2 : supérieur ou égal à 30 secondes
  • Niveau 3 : supérieur ou égal à 90 secondes
  • Niveau 4 : supérieur ou égal à 150 secondes

Le résultat à ce test sera également uniquement mentionné si, là encore, un niveau 3 ou 4 a été obtenu lors d’un test d’inflammabilité.

La résistance aux petites projections de métal fondu :

Ce test mesure la résistance aux petites projections de métal fondu d’un gant de protection contre la chaleur. Ainsi, ce test indique la quantité de projection nécessaire pour élever l’échantillon à une certaine température (évaluée en index). Il s’agit du nombre de gouttes nécessaires pour obtenir une élévation de la température de 40°C.

Là encore, cette résistance est notée de 1 à 4, le niveau 4 étant le niveau de performance le plus élevé :

  • Niveau 1 : supérieur ou égal à 5
  • Niveau 2 : supérieur ou égal à 15
  • Niveau 3 : supérieur ou égal à 25
  • Niveau 4 : supérieur ou égal à 35

Encore une fois, le niveau de performance sera uniquement mentionné si un niveau 3 ou 4 a été obtenu lors du test d’inflammabilité.

La résistance aux grosses projections de métal fondu :

Enfin, le dernier test mesure la masse de fer en fusion nécessaire (mesurée en grammes) pour provoquer une brûlure superficielle. Le test échoue lorsque des gouttelettes de métal restent collées sur le matériau qui compose le gant ou s’il prend feu.

  • Niveau 1 : supérieur ou égal à 30 grammes
  • Niveau 2 : supérieur ou égal à 60 grammes
  • Niveau 3 : supérieur ou égal à 120 grammes
  • Niveau 4 : supérieur ou égal à 200 grammes

Exemple de marquage d’un gant de protection anti-chaleur :

explications marquage gant travail anti chaleur EN 407

Gant de protection chaleur : un gant de manutention avant tout

Un gant de protection contre la chaleur doit également passer les tests de la norme EN 388. En effet, un gant de protection thermique ne sera performant seulement s’il possède un certain niveau de résistance mécanique. Ainsi, comme pour la norme EN 511 (que nous vous avons présenté dans un précédent article ici), un gant EN 407 doit atteindre au minimum un niveau de performance 1 pour les tests de résistance à l’abrasion et à la déchirure et ainsi être normé EN 388. De plus, comme tous les gants de protection pour le travail, les gants anti-chaleur sont également normés EN 420, la norme commune et obligatoire à tous les gants de travail.

Remarque importante à prendre en considération :

Pour conclure cet article, il est nécessaire de vous préciser que les gants EN 407 n’ont pas pour objectif de protéger les mains du porteur contre des risques spécifiques. Par exemple, ils ne protègent pas des risques liés aux opérations de soudure. En effet, les gants soudeur possèdent leur propre norme (EN 12477). C’est aussi le cas pour la lutte contre les incendies.

Pourquoi porter un gant de travail anti chaleur ?

Les gants professionnels anti-chaleur est une solution évidente pour éviter le risque de brûlure qui peut arriver rapidement. En effet, la brûlure peut survenir dès 45°C et ce phénomène s’accélère avec l’augmentation de la température.

Il existe 3 type de brûlures :

  • Brûlure au 1er degré : la brûlure affecte seulement l’épiderme
  • Brûlure au second degré : la brûlure atteint le derme de façon variable (superficiel ou profond)
  • Brûlure au 3ème degré : la brûlure atteint l’épiderme et le derme. Ils sont complètement détruits, sans aucune regéneration possible.

Parce que le risque brûlure, notamment lors d’une activité professionnelle, peut causer d’irréversibles dommages, le port d’un gant de protection à la chaleur est plus qu’une obligation, c’est une nécessité.

Désormais, grâce à cet article, vous pourrez choisir un gant anti-chaleur parfaitement adapté en fonction des risques thermiques de votre activité professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *